Eckankar

Autres appellations

Science secrète du voyage de l’âme; Religion de la Lumière et du Son de Dieu

Fondateur

Paul Twitchell (1908-1971)

Groupe d’inspiration

ésotérique (origine occidentale), inspiré des radhasoamis (néo-sikhisme)

Mission

  • Enseigner et diffuser les enseignements de Paul Twitchell, de même que les exercices spirituels préconisés par le mouvement.
  • S’adjoindre de nouveaux disciples par des activités d’information.
  • Former les membres aux techniques de base nécessaires pour pratiquer le voyage de l’âme.

Présence

Mondiale

Description générale

Bref historique

La Science secrète du voyage de l’âme est une nouvelle religion de type orientaliste, fondée aux États-Unis en 1965 par Paul Twitchell. Elle propose une technique spirituelle originale qui permettrait à l’adepte d’accéder dès maintenant « à ce ciel auquel tout un chacun aspire secrètement ». Paul Twitchell a commencé son cheminement en adhérant à la Self Revelation Church de Swami Premananda pour en être exclu en 1955. Il fut par la suite initié à l’enseignement de Kirpal Singh à l’intérieur d’un mouvement qui porte le nom de Ruhani Satsang; on sait qu’il a également fréquenté l’Église de Scientologie pendant un temps. À partir de 1960, il s’intéresse plus particulièrement à la parapsychologie et à l’occultisme.

Sans faire allusion à ses influences antérieures, il finit par s’autoproclamer révélateur d’une vénérable et antique sagesse ancienne en tant que 971e descendant de la lignée des maîtres Eck, laquelle remonterait aux origines de l’humanité. Le 22 octobre 1965, date de la fondation officielle d’Eckankar, Twitchell déclare également avoir été institué dépositaire exclusif des révélations du maître tibétain Rebazar Tarz (soi-disant âgé de 500 ans). À la mort de Paul Twitchell, Darwin Gross (1971-1981), puis Harold Klemp (1981- ) lui succéderont.

Source : Vernette, Jean. « Eckankar ». Dictionnaire des groupes religieux aujourd’hui. Paris, Presses universitaires de France, 1995, p. 84-86.

Croyances et pratiques fondamentales

  • La pensée et les pratiques d’Eckankar puisent chez les Radhasoamis, une tradition qui se situe en marge de la religion sikhe et qui apparaît au Panjâb, en Inde du Nord-Est, au milieu du 19e siècle, ainsi que dans le mouvement Ruhani Satsang de Kirpal Singh dont les enseignements ont été popularisés par les livres de Julian Johnson (en particulier The Path of the Masters).
  • L’Absolu s’y nomme sugmad. De lui est issu un courant sonore, une énergie créatrice, un son divin (shabd) qui porte ici le nom très spécifique de Eck, et qui est également considéré comme la voix du sugmad. C’est le sugmad qui a créé le monde matériel, maintenant sous l’emprise de Kal, le Temps.
  • Le Maître Eck (le Mahanta) est une sorte d’avatar divin, un être merveilleux, dont la mission consiste à ramener les humains vers leur source divine.
  • On entre en Eckankar par une série de quatorze initiations qui peuvent prendre plusieurs années. Pour arriver à libérer l’âme, Eckankar propose différentes pratiques spirituelles.
  • Le satsang est littéralement une « réunion de bonnes personnes ». Il y a satsang quand une dizaine personnes se réunissent pour étudier la doctrine sous la direction d’un animateur.
  • Le surat est un exercice individuel qui consiste à s’asseoir en posture de lotus, à se concentrer sur l’œil spirituel en chantant un mantra et en contrôlant sa respiration.
  • Le nirat ressemble à la première technique, mais vise à voir la lumière bleue du maître Eck vivant.
  • Le dhyâna est une méditation sur le nom spirituel du maître Eck vivant.
  • Le but de ces pratiques est toujours d’unir l’âme à l’énergie intérieure du son et de la lumière et de permettre ainsi à l’âme de se libérer et de retourner à sa source spirituelle.

Sites Web

http://www.eckankar.org
http://www.eckankar-quebec.org